Toq Final (Rio de Janeiro)

Final, peut être, mais pas top. Cuisine chère et prétentieuse. Roulade de sole et saumon, risoto aux asperges, pécari en tranches trop fines et trop salées, poulet à l'indienne ( comprendre noyé dans une sauce au curry), pennes au camembert et à l'orange ( mais où vont ils chercher tout ça! le camembert pasteurisé, de toutes façons, ça n'a pas de goût, mais l'orange donne au tout un goût sucré écoeurant ). Joli cadre moderne, ambiance musicale branchée. Année 2004 - 70 R$ ( 2512-9767 | 2259-0594 Av. Ataulfo de Paiva, 900 – B, Leblon

Sobre natural (Rio de Janeiro)

Juste une étape dans le quartier touristico (de jour) / mal famé (de nuit) de Santa Teresa. Accras de crevette ou crabe ( la différence ne saute pas au palais ) fort ordinaires. Année 2004 - 15 R$ ( 432 rua Amirante Alexandrino

Carretao (Rio de Janeiro)

Une "Churrascaria - Rodizio", c'est à dire barbecue à volonté. Les serveurs vont de table en table avec leurs longues brochettes de différentes viandes ( tous les morceaux du boeuf, y compris la bosse du zébu - viande braisée pour happy few- , volailles, coeur de poulet, porc ) pour servir les affamés qui se reconnaissent à une pastille verte ( yes please..). Quand vous n'avez plus faim, vous la retournez sur le rouge ( no, thank you ). Les garnitures vont se chercher au buffet. Bonne adresse réservé aux carnivores à gros appétit. Année 2004 - 39 R$ (

Bofetada (Rio de janeiro)

Paraît-il un rendez-vous des garçons sensibles d'Ipanema. La cuisine devrait les endurcir. Quelques plats locaux peu sophistiqués (calamars à l'espagnol), et puis des acrobates, descendus des favelas, tous blonds peroxydés donnent une démonstration de capoeira (sport de combat) sous les yeux ébahis des clients et des automobilistes. Année 2004 - 30 R$ ( 227-1675

Rio Scénario (Rio de Janeiro)

Ancienne maison coloniale transformée à la fois en restaurant, en discothèque et en brocante. Tout le mobilier, des tables du restaurant aux divans des grands salons sont à vendre. On peut repartir avec la caisse mécanique, furieusement dorée, avec un cabinet dentaire complet, roulette incluse, ou les costumes du carnaval dernier. Sur fond d'orchestre de Rumba, on déguste de copieuses assiettes de boeuf séché au manioc frit. Ambiance très sympathique. Année 2004 - 40 R$ ( (21) 3852-5516 - Rua do Lavradio, 20 - Pça Tiradentes

Al Carmo (Salvador de Bahia)

Petite terrasse surplombant le port industriel de Bahia. Carte italo-brésilienne : escalope au marsala très épaisse et sans grand intérêt succède aux légumes confits tout droit sortis du frigo. Le repas est sauvé par une excellente cassatte sicilienne. Année 2004 - 50 R$ ( (71) 242-0283 - Rua do Carmo, 66 - Centro Historico

Olivier (Salvador de Bahia)

Un petit coin de France à en juger par la clientèle exclusivement hexagonale ce soir là. Carte de cuisine bahianaise assez courte et très bonne. Moqueca de crevettes. En dessert, agréable mousse aux fruits de la passion. Concert de jazz le samedi soir. Année 2004 - 23 R$ (

Momo (Savassi - Belo Horizonte)

2 millions 400 000 habitants à Belo Horizonte et pas foule de restaurants ! Mais où mangent-ils ? Chez momo, la salle est immense, glaciale (au propre comme au figuré) plats en self-service et facturation au kilo (très courant au Brésil). Les plats chauds étaient froids, les desserts, que des gâteaux, pesaient... Année 2004 - 17 R$ ( 3421-5020 - Av. Contorno, 6081

314 Sabarabuçu (Sabara)

On était venu pour les pizzas. Pas de chance ! elles ne sont servies que le soir. Attente interminable pour manger de la viande trop cuite. Tout se tient ! Année 2004 - 19 R$ ( 3671-2313 - rua Dom Pedro II, 279

Spaghetti Restaurante (Ouro Preto)

La pizza est pour deux, en deux moitiés différentes si les convives n'ont pas choisi la même. La pâte est bien fine, la garniture est un peu yankee-fromagère. Année 2004 - 16 R$ ( 3551-3902 - rua Direita, 140

Gaveteiros (Mariana)

Restaurant au kilo sur une jolie place en face de l'église da Cé. Sans surprise, aimable et très bon marché. Année 2004 - 6 R$ ( Praça Claudio Manoel, 26

Casa do Ouvidor (Ouro Preto)

Grande salle joliement éclairée mais qui mériterait d'être réagencée en espaces plus intimes. Service à la française (ça fait toujours plaisir !). La spécialité régionale (Tutu a la mineira) est composée de : escalope de porc, saucisse, peau soufflée accompagnées de riz et de purée de haricots rouge. C'est quoi le contraire de "ça se mange sans faim" ?. Année 2004 - 60 R$ ( 3551-2141 - rua Direita, 42


Maximus (Ouro Preto)

Méfiez-vous de ce qui ressemble à des beignets de calamar, ce sont en fait des beignets d'oignons. Autrement, c'est comme les autres self-services au kilo. Les plats chauds sont toujours un petit peu froids. Année 2004 - 9 R$ ( 9914-1209 - rua Direita, 151 Centro

Passo (Ouro Preto)

Plusieurs salles dans une maison coloniale, dont une aux murs superbement peints. La carte est "tout pizza". Les salées sont plutôt originales et tout à fait bonnes. Deux pizzas au parme dont la Berlusconi que j'ai éliminé d'office, et j'ai opté pour la Coppola. Nous avons calé devant les sucrées. Année 2004 - 20 R$ ( rua san José, 56

Rei dos Caldos (Ilha Grande)

C'est le restaurant des corsaires de l'île. Bien que l'établissement soit éloigné du front de mer, la caipeirinha y est deux fois plus chère que sur le continent. Le rizzoto aux calamars pour deux tient plus de la paella mais se mange de bon appétit. Les desserts, genre confipotes trop sucrés, sont à oublier. Année 2004 - 31 R$ (

Restaurante Palmas (Ilha Grande - Praia Pouso)

C'est la seule buvette de la plage. Moqueca de poissons aux nageoires en colère accompagnée d'un riz fade et d'une sauce soupeuse, fade aussi. Année 2004 - 21 R$ (

Tropicana (Ilha Grande)

Uniquement ouvert au dîner, c'est l'adresse un peu chic de la plage. La caipeirinha y est plus cher qu'ailleurs. Savoureuses grosses crevettes avec une sauce crèmeuse au basilic. Bonne mousse aux fruits de la passion. Année 2004 - 37 R$ (

Recreio da Praia (Ilha Grande)

Salade de tomate(s) et de coeurs de palmier. Toute la boîte de coeurs de palmier y est passée et la pauvre et unique tomate faisait pâle figure. Heureusement, les accras de morue sauvaient le déjeuner. Année 2004 (

O Pescador (Ilha Grande)

Poussada restaurant de luxe sur le front de mer. La moqueca de fruits de mer n'est ni meilleure ni plus mauvaise qu'ailleurs. Les portions sont simplement plus petites... Année 2004 - 28 R$ (

Punto Divino (Paraty)

Restaurant italien chic décoré de photos coquines du début du siècle dernier. Très bonne pâte à pizza mais la garniture (coeurs de palmier, champignons de Paris) sent un peu la conserve. Bon carpaccio et salade de roquette au parmesan. Tiramisu classique. Année 2004 - 53 R$ ( rua da Cadeia

Corto Maltese (Paraty)

L'autre restaurant italien de Paraty. Quoique vous commandiez comme pâtes, ce sont des spaghettis qui arrivent, pas mauvaises au demeurant. Année 2004 - 25 R$ ( rua do Commercio, 130