Chez Julien

On ne présente plus cette magnifique brasserie au superbe décor Art Nouveau. Murs, sol et plafonds ravissent les yeux. Le service virevoltant des garçons en tablier, les tables serrées, le bruit de la vaisselle, (je soupçonne certains serveurs de casser la vaisselle afin de faire exploser le compteur à décibels)....tout donne l'ambiance parisienne qu'imaginent votre client du Texas ou votre tante de Bar le Duc. Carte traditionnelle de brasserie et souvent de très bonnes surprises : gaspacho andalou meilleur que dans n'importe quel restaurant de Séville, de très bons tartares saumon-boeuf, des poissons parfaits tels que la lotte à l'os grillée accompagnée d'un risotto safrané, le filet de barbue accompagné de mousserons. Les desserts ne sont pas la partie pauvre de la carte : un excellent nougat glacé au coulis d'abricot (bien meilleur qu'avec le sempiternel "fruits rouges"), une charlotte aux poires au pain d'épice accompagnée d'oranges caramélisées. Additions allégées après 22h. Année 2009 - 40 euros. Quelques années plus tard, on confirme toujours le bon niveau de cette brasserie. Un menu à un peu plus de 40 euros incluant kir et 1/2 bouteille de vin a fait son apparition : foie gras à la crème de chataîgne, filet de flétan aux petits légumes... Année 2013 - 43 euros Tel 01 47 70 12 06 - 16 rue du faubourg Saint Denis

Terminus Nord

Plusieurs salles immenses et belles peintures murales. Les banquettes et les fauteuils auraient besoin d'un lifting. La carte ne change pas beaucoup des autres établissements du groupe Flo. Le gazpacho est toujours plus andalou qu'à Séville. Le curry d'agneau est savoureux et rendrait jaloux le meilleur cuisinier indien du passage Brady. Le magret de canard est accompagné de pommes fruits pas plus grosses que des mirabelles. Année 1999 - 210 frf Tel 01 42 85 05 15 - 23 rue de Dunkerque


Chez Casimir

L'annexe de "Chez Michel". Service efficace assurée par 2 blondinettes delurées. Effort minimal dans la décoration pour se donner un côté Bistro. Carte très courte (4 entrées, 4 plats, 4 desserts) présentée au tableau noir. Bonne crème de potiron au parmesan, piémontaise aux bulots un peu fade, terrine de campagne ordinaire servie à volonté. Bonne poitrine de veau braisée accompagnée de carottes, belle tranche de cabillaud parfaitement cuit présenté sur un lit de semoule aux olives noires, macaire de boudin noir. Feuilleté de poires au vin un peu trop froid, savoureux pain perdu aux pommes caramélisées qui a un goût de "J'en reprendrais bien".
Revisité une année plus tard et décidément, c'est toujours bon : aioli de bulots, gigot d'agneau aux carottes crêmeuses, et le pain perdu, aux poires maintenant, est toujours aussi savoureux. Cartes bancaires non acceptées. Année 1999-2000 - 180 frf. Quelques années plus tard, l'adresse reste recommandable. Le décor n'a pas changé d'un poil. La crème de Saint-Jacques aux croutons et foie gras était bien goûteuse, l'échine de porc, en revanche, roulée autour d'un chorizo duraille, n'était pas au point. Année 2004 - 25 eur Tel 01 48 78 28 80 - 6 rue de Belzunce


Wako

Un des rares restaurants japonais d'où l'on sort le ventre bien rempli. Au menu, un bouillon bien parfumé, une petite salade de crudités assaisonnée avec une sauce un peu trop sucrée, bonnes brochettes de gambas grillées au feu de bois et d'étranges mais bonnes brochettes au fromage enveloppées dans un carpaccio de bœuf. Un verre de saké est offert au moment de l'addition qui reste légère pour ce genre d'établissement. Année 1999 - 90 frf Tel 01 46 07 08 88 - 208 bis rue Lafayette

Bistrot Renaissance

Le bistrot Renaissance se trouve au pied du théâtre de la ... Renaissance, présenté comme la bonne affaire du quartier, ce qui montre s'il en était besoin que le quartier est pauvre en affaires. En entrée "clafoutis de Saint-Jacques et cèpes" (du flan ! et c'était des pétoncles), os à moelle riche en os. Pour suivre, un parmentier de canard, plat que vous faisait votre grand-mère, un osso bucco apprécié par notre invitée, le plat du 3ème convive est tombée dans les oubliettes de sa mémoire. On termine par un fromage blanc compact servi sur un spéculos à prix très doux. Année 2009 - 32 euros Tel 01 42 06 05 27 - 91 rue René Boulanger

Hôtel du Nord

Très belle imitation d'un vieux bistro. Ce qu'il y a dans l'assiette n'a plus d'importance, on y va pour l'ambiance accordéon chansons de Fréhel. Année 1996 - 200 frf Tel 01 40 40 99 20 - 102 quai Jemmapes

Paris Dakar

Restaurant sénégalais sans intérêt. Personnel en plus assez désagréable. Année 1993 - 180 frf Tel 01 42 08 16 64 - 95 rue du Faubourg Saint Martin


L'Hermitage

Situé à 2 pas de la gare du Nord, ce restaurant fait le plein de touristes anglais. L'intérieur est effrayant, les murs sont tapissés de jacquard passablement défraîchi. Des croûtes que ne renieraient pas les peintres de la place du Tertre ainsi que des voilages fushia font office de décoration. Service assuré par 3 petits beurs sous l'oeil attentif de la patronne blonde platine. Le cuisinier fait des efforts pour sortir du registre bistro/cuisine familiale et l'exécution est sans reproche : foie gras poêlé aux pommes, fricassée de champignons à la crème, tournedos d'agneau, rognon de veau, feuilleté de mangues. Année 2001 - 260 frf Tel 01 48 78 77 09 - 5 boulevard de Denain


Et dans mon coeur, il y a ...

Trois jolies salles confortables pour ce joli bistrot branché dans le désert gastronomique de ce coin du 10e. Ambiance un peu gâchée, jusqu'à ce que de l'encens soit allumé, par des retours d'égoûts consécutifs à un orage... Carte courte et attrayante. Les entrées, très estivales, bruschetta au parme et tartelette fine de thym, tomate et supions, sont légères et fraîches, même si le chef abuse un peu du persil haché et du vinaigre balsamique, ce qui donne un assaisonnement un poil trop sucré. Délicieux quasi de veau, épais et légèrement caramélisé, servi avec un risotto au parmesan. Tout aussi réussi, le filet mignon de porc aux légumes craquants est d'inspiration orientale, je dirais même plus, chinoise. Riche brioche façon pain perdu. Carte des vins ultracourte et assez conventionnelle, un Faugères fera l'affaire, un peu cher. Au total, 45 euros par personne, et, soyons fous, mais justes, le label "bonne adresse". Notre meilleur repas depuis Troigros! ...Etablissement remplacé quelques années plus tard Mme Shawn. Année 2006 fermeture définitive


Mme Shawn

A remplacé "Dans mon coeur..." d'aimable mémoire. La décoration thai est sobre et sombre, les tables sont un peu trop rapprochées. L'assortiment d'entrées, servi 2 minutes après la prise de commande, sent le micro onde et reste loin d'éveiller des souvenirs thaï. Bonne pioche en revanche pour les plats, généreusement servis : émincé de porc à l'ail, grosses gambas cuites aux herbes dans de jeunes noix de coco. Carte des sorbets dont un étrange parfum "sablé breton" et un cocotteux framboise-violette. Service un peu désordonné : les boissons arrivent un peu après le début du repas et les accompagnements sont tout autant désynchronisés. Année 2012 - 39 euros Tel 01 42 38 07 37 - 56 rue de Lancry

Les Frangins

Petit bistrot qui se pousse un peu du col dans un quartier en voie d'oberkampfisation. La carte semble avoir des idées, mais elles s'évaporent une fois traduites dans l'assiette. Le tartare de courgettes aux aromates et anchois vient directement du frigo et dégouline d'eau, et les anchois sont fumés et non frais comme annoncés. Les roulés d'aubergines à la riccotta sont corrects. Les plats sont un peu plus réussis : mignon de porc à la crème de pruneau, pièce de boeuf au bleu, les portions un peu chiches, les présentations, les légumes et les couleurs de crême identiques. En dessert une pastilla de pomme, pas mal, classique. Au total c'est quand même moyen et cher pour ce que c'est, on peut dîner bien mieux dans le quartier pour 10 euros de plus. Année 2006 - 37 euros Tel 01 42 45 07 92 - 37 avenue Claude Vellefaux


Indiana Café

Une Chaîne Tex-Mex qui ne m'inspirait pas confiance. Bonne surprise, cuisine honnête, guacamolé dans tous ses états, carte des Hamburgers longue comme une traîne de mariée. Cuisine très copieuse ne nécessitant pas la commande de desserts. Année 2005 - 24 eur Tel 131 rue du Faubourg Saint Martin

Vivant Table

L'établissement occupe l'emplacement d'une ancienne oisellerie. Le carrelage sur les murs comme sur le sol est charmant mias il est difficile d'y installer des tables confortablement. Bons produits en portions chichiteuses. Les Saint Jacques, le pluriel commence et s'arrête en l'occurence à 2, débute le repas. Pour les plats, la poularde ne devait pas peser plus de 100 grammes, autant pour le Saint Pierre, c'était le bout du monde. Très bons légumes bio bretons de saison - pommes de terre, panais, carottes, navets - mais enfin, même bio, cela ne va pas chercher des millions. Le dessert, une tarte au citron riquiqui et assez ratée, la pâte n'est pas assez cuite. Bref des menus pour estomacs japonais contraints par un anneau gastrique! Et tout ça pour 55 euros par personne sans le vin ! Année 2013 - 85 eur Tel 01 42 46 43 55 - 43 rue des petites écuries


Les Optimistes

Café d'angle très fréquenté par la clientèle du quartier, un peu bruyant... La carte n'est pas renversante, mais à prix raisonnable, une fois les réductions déduites : escargots de Bourgogne, fish and chips remplacés par d'excellentes frites, tarte au citron destructuré, comprendre sans fond de tarte. Année 2018 - 35 eur Tel 09 87 00 19 95 - 46 avenue Claude Vellefaux


Urbane

Succédant au "Parmentier" d'aimable mémoire, un petit restaurant ambitieux. Carte courte, énoncés et associations originaux. En entrée une escalope de foie gras mi-cuit à la mangue et à la salade de persil, gambas et asperges façons raviolis les deux tout à fait bons, portions frôlant l'amuse-bouche, présentations classieuses. Les plats sont plus conventionnels et plus copieux : souris d'agneau au thym, onglet de veau sauce au raifort, les deux servis avec des pommes de terre écrasées (on ne dit plus "purée"). L'imagination reprend le pouvoir avec le dessert : chupa chups d'abricot et frangipane, glace au lait d'amande. Carte des vins ultra-courte. On reviendra goûter le reste de la carte. Bon DJ à la sono (pas trop forte komilfo). Année 2007 - 38 eur Tel 01 42 40 74 75 - 12 rue Arthur Groussier

Parmentier

Toujours désert dans ce quartier éponyme. Bonne salade de lentilles, très bon pot au feu aux parfums d'orange, filets de viande servis avec de remarquables pommes soufflées, bon crumble aux pommes crème anglaise, belle mousse au chocolat présentée dans une tuile en forme de tulipe (à moins que ça ne soit l'inverse). Tapenade d'olives en mises en bouches. Biscuit + brownie + petite tarte citron fine délicieuse en mignardise. 180 frf par personne vin compris. Années 1996 1997 1998
Qu'est ce qui se passe ? La salle est aux 3/4 pleine. C'est d'autant plus surprenant que la cuisine donne des signes de faiblesse. Les rillettes de saumon étaient fades, le rôti de porc était tranché aussi fin qu'un carpaccio et la crème de romarin n'était pas un bon mariage. La daube de boeuf provençal n'était pas goûteuse. Et il n'y a plus ces délicieuses tartelettes au citron qui finissaient si agréablement le repas. Y retournera-t-on ? Ben non ! c'est fermé depuis ... remplacé par l'Urbane (voir ci-dessus) Année 2000 - 180 frf Tel fermeture définitive


La Bocca

On ne s'attend pas, passé le seuil très discret rue de la Fidélité, à découvrir une immense brasserie début de siècle. Elle n'a pas les couleurs éclatantes de sa célèbre voisine (Julien) et est loin d'être aussi célèbre et bruyante. Rémoulade de céleri, poireaux frits et vinaigrette de betteraves un petit peu trop moutardée. Poivronnade au fromage frais, présence trop importante de poivre sur le thon grillé sur lit de soja, bon mignon de porc accompagné d'une galette de pommes de terre, grosse brioche perdue (un peu étouffe-chrétien) servie avec une glace, savoureuse tarte aux pommes et miel et romarain. Clientèle à la fois locale, de retraités et de branchés. Service courtois et sommelier DOM-TOM (rare !). Une seconde visite en 2001 confirme la stabilité de la maison : honnête gazpacho, bon tartare de thon, sandre sur lit d'épinards (trop salé pour certains...) pastilla de poulet. Et puis un dessert de famille comme je les aime : le croustillant à la compote d'abricot. Année 1999-2001 - 210 frf. Tel 01 53 24 69 70 - 12 rue de la Fidèlité


Marines

Le propriétaire ne s'est pas foulé pour la déco, elle est inexistante ! La salle est à moitié vide et les tables sont bien espacées. Deux menus cartes à 145 frf et 185 frf, l'un comme l'autre sont très appétissants. Une fois la commande prise et les mises en bouche (rillettes de saumon étouffe-chrétien) avalées, on attend une heure avant que l'entrée n'arrive. Le service, pourtant, n'est pas débordé. Heureusement, la cuisine est plutôt réussie. Les langoustines sur un lit de poireaux ne sont pas tout à fait chaudes mais sont très goûteuses. Les huitres chaudes sont accompagnées de dés de fenouil. Les poissons, loup grillé et sole, sont parfaitement cuits. Les desserts, en général ratés dans les restaurants de poissons, sont ici honorables (poire pochée à la vanille et rizzoto aux mendiants, charlotte aux griottes moins convaincante). Une seconde visite à l'automne 2000 laissait craindre le pire. A la réservation, on nous annonce que le cuisinier était seul ce soir là et que le service s'en ressentirait. Finalement non. Le dîner fût expédié en 1h30 et tous les plats étaient réussis : hure de saumon et poireaux en gelée, rougets, tatin aux pommes et aux poires. Les 2 menus carte ont été regroupés en un seul à 150 frf. Année 2000 - 240 frf Tel 01 42 46 22 29 - 70 à 72 rue du faubourg Poissonière

El Rancho

Chaîne de restaurants à thème Tex-Mex. Nourriture insipide (Hamburger ou cabillaud ont sensiblement le même goût), vin en carafe dit "californien" aussi mauvais qu'un vin UE élargie. Son Bal Musette en fond musical. Année 1999 - 90 frf Tel 01 42 77 16 39 - 21 place de la République


Chez Michel

Décor épouvantable, fauteuils dégarnis, faux colombages, grande peinture poussiéreuse représentant Honfleur dans ce restaurant aux tendances bretonnes. Service archi débordé (clients attendant désespérément que la table réservée se libère). Heureusement la cuisine n'est pas bête. Foie gras chaud sur des radis et des betteraves, lasagnes de chèvre au pistou, bons rognons de veau mais décevant Kig ar Faz c'est à dire un pot au feu au lard et aux joues de cochon avec de la bouillie d'avoine. Bonnes poires glacées mais trop épicées accompagnées de regrettables œufs à la neige, figues rôties. Menu carte à 170 frf - Année 1997
Testé à nouveau en juillet 1999. Le menu carte est passé à 180 frf. La déco n'a pas changé, elle est toujours aussi épouvantable, mais elle est atténuée par l'ouverture d'une terrasse donnant sur le dos d'une jolie église. Bonne tomate rôtie accompagnée de supions et encre de seiche, agréable papillote de moules au bouchot et coques, dos de bar servi avec des fleurs de courgettes fourrées à la purée de mâche (ce n'est pas une bonne idée), un peu de parmesan grillé sur les fleurs de courgettes, le tout est d'une consistance trop molle. Pour finir, une bonne pêche jaune rôtie au miel accompagnée d'une bonne glace à la vanille et d'une tuile craquante. Le service est toujours inorganisé, les clients attendent sur le trottoir, la carafe d'eau n'arrive qu'au 3ème rappel. Année 1999 - 250 frf.
Un millénaire plus tard, j'ai moins fait attention à la déco, mais nous avons mangé en cave, ceci expliquant peut être celà. La carte est toujours aussi longue, et certains plats , comme le kig ar faz, sont toujours là. L'émietté de tourteau & avocat est très goûteux, le cabillaud très classique et pour le dessert, euh... je me rappelle plus. Année 2017 - 48 euros Tel 01 44 53 06 20 - 10 rue de Belzunce


La Boca Loca

A la fois bar et restaurant de spécialités espagnoles. La décoration est minimale, mur peint par des artistes du coin. Gaspacho andalou trop liquide présenté dans un bol Pyrex, daube d'agnelet sans grand intérêt, bon mignon de boeuf au bleu servi avec de très belles et délicieuses frites, tatin restée trop longtemps au micro onde qui arrive sans crème fraîche ni glace. Rioja pas assez frais. Année 2000 - 220 frf Tel 01 42 02 28 28 - 189 rue Saint Maur


Pizzeria Luna

Ex Cappriciosa. La décoration a été totalement refaite et la pizzeria se donne un petit côté provençal. Luminaires en forme de rapes à fromage ou de poubelles. Carte classique de plats italiens, bruschetta au très fort parfum d'ail recouvert de tomates un peu trop vertes, bonne pizza au Parme, carpaccio insuffisamment assaisonné avec un Parmesan un peu trop vieux. Prix raisonnables. Année 1999 - 140 frf
Second dîner sous le signe de la catastrophe ! Installés à une table bancale, service assuré par une serveuse incompétente et pas franchement italienne. Les plats arrivent avant les entrées, et ce ne sont pas celles commandées. Les cafés sont à boire sans cuillère. Et si vous mesurez plus d'1m80, votre tête flirtera dangereusement avec les suspensions électriques. Année 2000 - 160 frf Tel 01 40 37 87 50 - 11 rue du 8 mai 1945

Au Chateaubriant

Comme le nom ne l'indique pas, c'est un restaurant italien. La déco date un peu. Les fauteuils simili Louis XV sont un peu défoncés. Les fans de Bernard Buffet seront aux anges. Tout un mur lui est consacré. La nourriture est honnête : lasagnes d'aubergines et sardines grillées, rascasse en bouillabaisse (portion un peu chiche), tartelette au citron, tiramisu. Vins trop chers, un second cru à 4 chiffres. Année 2000 - 300 frf Tel 01 48 24 58 94 - 23 rue de Chabrol


Paris Nord Départ

Une des nombreuses brasseries en face de la gare du Nord. Le serveur, chaleureux limite collant et lourd fait de son mieux pour animer cette brasserie plutôt silencieuse et tristounette. Plats honnêtes sans plus. Année 2002 - 36 eur Tel 01 42 85 23 61 - 17 rue de Dunkerque

Le 52

Si les escargots sur nids de champignons ou sous nids de vermicelles, servis certains chauds, certains froids, ne firent pas l'unanimité, la tourte de lièvre au fois gras embauma toute la tablée et fit le bonheur de celui qui l'avait choisi.. Unanimité (de choix comme d'impression) pour la joue de boeuf braisée, fondante comme un bonbon, servie avec une bonne sauce épaissie au jus de veau. La soupe froide de chataîgnes respirait bien la chataîgne, et le baba au rhum & Chantilly terminait un plus que parfait repas. Avec une bouteille de Pic Saint Loup, et un apéritif, l'addition se monta à 43€ par personne. Pour la qualité c'est cadeau... Pas de réservation, passé 19h30, plus aucune table de libre. Année 2016 - 43 euros 52 rue Faubourg Saint Denis

Youpi et Voilà

Menu imposé "surprise" le soir, cela évite trop de travail en cuisine et de rédiger des cartes. On se laisse donc faire, bien nous en a pris. On vous dit ce que l'on a mangé, bien que vous ne le retrouverez sans doute pas, ou alors on nous aura menti ! Deux entrées, un plat et un dessert ça donne : une bonne tranche de mozarella parsemée de petits cubes de féra, petit jus d'huile d'olive et citron; tronçon steacké de bonite et des petits pois et des oignons rouges, ketchup de poivron; canon d'agneau, épeautre et encore un peu de poivrons; une soupe de fraises et de framboises et sa glace au gingembre. Parfait respect du produit, saveurs franches, bonne surprise. La petite salle était pleine, et la cuisine, deux personnes dont le chef, avait un peu de mal à suivre le rythme. Un sympathique serveur au nez de boxeur nous aide à choisir le vin. Année 2012 - 52 euros Tel 01 83 89 12 63- 8 rue Vicq d'Azir


New Dehli

Les restaurants indiens ne font plus le plein en cette année 2014. Tout le long du passage, on vous invite à venir découvrir le top de la cuisine indienne. Nous règlons nos pas sur le plus décoré, rouge du sol au plafond. Une cuisine vite oubliée, où l'apéro de bienvenue ne nous convaint pas d'y retourner. Année 2014 Tel 01 42 08 33 20 - 4 passage Brady


Le Jardin de l'Inde

Comment faire son choix passage Brady ? Tous les restos indo-pakistanais affichent leurs distinctions : coupe d'or machin, meilleur curry truc etc... Le Jardin de l'Inde n'a rien gagné, la réputation des critiques gastronomiques n'a donc pas démérité (!) car la carte est immonde à l'exception d'un riz très fin, et les liqueurs qui terminent le repas ont un goût très prononcé de shampoing difficile à faire disparaître. Année 2003 Tel 01 44 79 08 90 - 90 passage Brady


Palais des Rajpout

M'est avis que le proprio n'a pas souvent visité des palais ! Nous ne sommes pas allés à l'intérieur de celui-ci. Alpagué par un crieur plus efficace que les autres, nous lui avons concédé à nous asseoir à une table dans le passage, la promesse d'un apéro et d'un digestif offerts par la maison expliquant celà. Entre ces deux alcools nous pûmes goûter aux samosas de légumes, arrivés hélas froids et d'une fraîcheur douteuse. L'agneau grillé n'était sans doute plus très frais, mais recouvert de sauce et suffisamment épicé, il fut avalé fissa... Année 2007 - 25 eur Tel 01 42 46 23 75 - 64-66 passage Brady

L'Ile Enchantée

Mauvaise pioche cette fois-ci. La carte affichée dehors de ce nième restaurant branché de ce coin du 10ème avait l'air bien sympathique, mais, une fois assis à notre table, on nous annonce que les plats ne sont servis que le midi, et, le soir, c'est tartines... Pas mauvaises au demeurant, une San Remo ( tomates, mozzarella, basilic, vous avez dit "déjà vu"?), une Bergère ( Oignons, Chavignol ). En dessert, une crème brûlée à la lavande qui cocottait un peu, et un moelleux au chocolat sans intérêt. Vin argentin, ça nous changeait du chilien, olé! Année 2002 - 21 eur Tel 01 42 01 67 99 - 65 boulevard de la Villette


Le Sainte Marthe

Discrètement nichée dans un coin du 10ème, la place toute villageoise de Sainte Marthe abrite trois restaurants. Le Sainte Marthe, mi-bistrot, mi-restaurant est le seul à proposer une terrasse. Salle animée et vite bruyante, service gentil un peu "bande-de-copains" amateur, décoration sympathique. Un vrai chef en cuisine, laquelle est répartie sur 2 étages, propose des plats attrayants, parfois originaux, souvent bons : petit gateau de potiron au foie gras poelé et caramélisé, feuilleté d'escargots, confit de canard aux épices un peu sec, belle souris d'agneau accompagnée d'une purée de pomme de terre à la graine de moutarde, tatin aux poires et au romarin, léger entremet meringué à l'ananas servi avec un coulis de fruits rouges. Carte des vins courte et la plupart manque. Notre choix, un Corbières à 17 eur fut le bon. Année 2002 - 34 eur Tel 01 44 84 36 96 - 32 rue Sainte Marthe


Pizzeria de Bari

Rien de plus tristounet que les restaurants aux environs des gares. La pizzeria de Bari n'échappe pas à la règle. Le patron est bien aimable et se confond en excuses sur l'erreur de pizza. Le mix-grill demandé saignant est bien carbonisé, la pizza est très correcte. Année 2013 - 15 eur Tel 01 48 78 77 09 - 5 boulevard de Denain


Aux 2 Canards - Chez Catherine

Rien ne change dans ce restaurant. Le patron vous reçoit en vieil habitué. Sa baguette ne l'a pas quitté non plus et la lecture qu'il fait de sa carte au tableau noir ressemble toujours à un poème. Bonnes moules de bouchot soufflées au blanc de poireaux, Saint Jacques et foie de canard moins réussis, crême brulée devant vous au fer rouge (allergiques à la fumée s'abstenir). Année 2000 - 260 frf Tel 01 47 70 03 23 - 8 rue du faubourg Poissonière

Brasserie Flo

Même boutique que Julien. Le décor est un peu plus austère, décor d'anciennes écuries, encore plus difficile d'y trouver une table que chez Julien. Tel 01 47 70 13 59 - 7 cour des Petites Ecuries

Chez Arthur

Serveurs nonchalants mais rapides. Tartare de saumon à la crème de vodka, salades folles, marbré de canard au foie gras, bonne terrine de courgettes et poivrons rouges, filets de bœuf en portefeuille de foie gras servi avec des frites grand-mère, crème brûlée, vins sans prétention. Pas cher et désert. Année 1995 à 1998 - 180 frf Tel 01 42 08 34 33 - 25 rue du Faubourg Saint Martin


La Table du Pavillon

Restaurant de l'Holiday Inn. Belle salle aux boiseries début de siècle. Ambiance assurée par un piano sans pianiste. Menu à 195 frf vin à volonté. Les entrées comme les plats ne sont pas enthousiasmants : salade de langoustines sans goût, steak de thon trop fin, bar sauce au beurre. Les desserts sauvent tout juste le repas : profiteroles au miel, soufflé à la réglisse. Année 2000 - 210 frf Tel 01 42 46 92 75 - 38 rue de l'Echiquier

Chalet Maya

Restaurant à la gloire de Jean Marais et de sa collection de slips de bain. Décor pas très gracieux. Bonne tarte au boudin et aux pommes, magrets de canards pas assez chauds servis avec du foie gras et en accompagnement du riz fade et un bon gratin dauphinois, sorbet poire pomme et fruits frais passe partout. Année 1999 - 195 frf Tel 01 47 70 52 78 - 5 rue des Petits Hotels

Pizzeria Capricciosa

Elle n'est pas vraiment différente des autres pizzerias mais le décor est plutôt agréable, des stores vénitiens séparent les tables. La pizza au Parme donne satisfaction et les prix restent standard pour une Pizzeria. Années 1996-97-98 - 180 frf Tel Fermeture définitive

Hippopotamus

Chaîne de restaurant bien connue pour ses plutôt bonnes viandes. Rénovation malheureuse de l'établissement des grands boulevards (ancienne rôtisserie le Louis XIII). Année 1985 - 100 frf Tel 01 53 38 80 25 - 8 boulevard Saint Denis


L'Enchotte

Repas irréguliers. Bons escargots à la crème d'ail, saumon moins convaincant, tarte aux abricots fadasse. Menu à 108 frf - Années 1992 à 98 Tel 01 48 00 05 25 - 11 rue de Chabrol

Le Chabrol

Mais qu'est ce que j'ai bien pu y manger ? Année 1994 - 165 frf Tel Fermeture définitive

Fortuna

Un chinois triste dans une rue triste. Nourritures tristes. Année 2003 - 22 eur Tel 01 42 45 24 59 - 5 rue Civiale