Les Restaurants du 3ème arrndissement

Pramil

Tout est appétissant dans le court menu-carte à 30 euros et au goût, cela tient à peu près ses promesses.

  • Tarte aux courgettes et sardine fraîche (excellente)
  • Choux pâtissiers tièdes au foie gras (un ton en dessous mais quand même très bon)
  • Cochon de lait sauce miso aux 3 carottes (plus cochon que lait, dommage !)
  • Désossé de lapin avec artichaut poivrade et olives noires (sent puissamment sa cuisine du Sud)
  • Fraises avec sorbet au concombre (bonne idée d'été, petit goût salé)
  • Tarte aux framboises, pomme granny-smith, poivron et crème Chantilly (le poivron écrase un peu la saveur des framboises, réveil des papilles)
A ce prix là, on frôle le sans-faute, dommage que les vins (très peu de choix en dessous de 40 euros) fasse un peu déraper l'addition. Pas de quoi malgré tout l'idée de nous ôter d'y revenir. Année 2010 - 50 euros Tel 01 42 72 03 60 - 9 rue du Vertbois

Fulvio

Petite salle vraiment très bruyante, tenue par un Italien haut en couleurs, tout le monde est obligé de parler fort pour se faire entendre. La carte est articulée autour d’entrées traditionnelles, systématiquement pour deux (heureusement, la mozzarella di buffalo pèse ses 300 gr), et de plats de superbes pâtes fraîches (tout en bas, deux plats d’escalope de veau, et c’est tout). Nous prenons une Assiette Fulvio, charcuteries et parmesan, des ravioles aux truffes blanches, et des penne aux chanterelles et trompe la mort. Quelques ravioles un peu curieuses (orange cannelle..) que nous n’osons pas tester pour une première visite. Portions très généreuses. Pour finir, une panacotta d’anthologie. Courte carte de vins italiens un peu chère ; si l’on veut freiner sur les dépenses, il faudra prendre un pichet. Au total, on s’en sort, un peu interloqués quand même, à 125 euros pour deux. A retester en semaine (moins de bruit ?) et au déjeuner (« petit menu » ?). Année 2008 - 65 euros Tel 01 42 71 42 80 - 4 rue de Poitou

Les Don Juan

Carte courte et mode, dans un cadre sobre et mode, l'objectif serait il de devenir un endroit mode? Pimientos del piquillo ( poivron farci au chèvre cru, quoi), thon cru mariné comme en Sardaigne ( remember Stromboli, bon, c'est en Sicile d'accord ), filet de rascasse poêlé avec une petite sauce crème échalote, cheese cake au mascarpone, fondant au chocolat. Tout cela plutôt bon, un peu déja vu, un peu cher, service aimable, tables trop serrées. Année 2005 - 45 euros Tel 01 42 71 31 71 - 19 rue de picardie

Le Valet de Carreau

Sympathique restaurant situé sur une placette entre République et Marais. Service ultra rapide. Menu carte à prix fixe incluant vin et café. Cuisine honnête : ravioles de fromages à la crème de courgettes, terrine de poisson bien fraîche, mignon de porc à la crème d'ail, pavé de boeuf particulièrement tendre et goûteux (du velours pour le palais...), clafoutis aux abricots un peu lourd. Tout cela, accompagné d'un vin de pays du Gard correct. Année 2000 - 180 frf. Changement de propriétaire quelques années plus tard, l'établissement est tenu par des chinois mais la cuisine reste d'inspiration française. Bien qu'il y ait pléthore de serveuses, le service est lent et inefficace et désespérant de lenteur. Et la nourriture sombre dans les profondeurs de la médiocrité. Un gazpacho très épicé mal mixé, un mignon de porc avarié et calciné recouvert d'une sauce figée accompagné de légumes mal cuits, crêpe de supermarché périmée accompagné d'une glace à la vanille industrielle recouverte de confiture allongée à l'eau pour faire coulis. La fermeture de l' établissement est vivement souhaitée. Année 2003 - 37 eur.C'est chose faite quelques mois plus tard, le valet de carreau laisse sa place au Caffe Soprano... Fermeture définitive


Le Pamphlet

Cadre tirant sur le rustique, tables bien espacées. Le menu-carte à 160 frf est très court, 4 entrées, 4 plats (2 de poissons, 2 de viandes) et 4 desserts. Honnêtes asperges avec une curieuse mousseline à l'orange, bonne tomate farcie d'agneau confit, carré d'agneau et son millefeuille de légume, selle de lapin très tendre farcie aux abricots secs servie avec des pâtes bien goûteuses mais un peu froides, clafoutis aux bananes et glace au chocolat pas trop écœurant, fraises gariguette et glace vanille. Année 1999 - 230 frf Tel 01 42 72 39 24 - 38 rue Debelleyme

Le Réconfort

Ambiance salon de thé dans un beau volume. Rillettes de sardines et artichauts accompagnés d'une malheureuse laitue mal assaisonnée, lapin aux olives et au fromage de chèvre, copieux bourguignon de canard au vin épicé et ses tonnes de nouilles, tiramisu baignant dans de l'eau chocolatée. Bon vins de l'Allier. Un escalier raide mène à de théâtrales toilettes. Année 1999 - 215 frf Tel 01 42 76 06 36 - 37 rue du Poitou

Ba-Shu

Restaurant de spécialités séchouanaises, assez épicées. Si le restaurant pas plus que l'environnement ne paient de mine, la cuisine change du chinois moyen à base de raviolis vapeur, sucré-salé. Année 2010 - 23 euros 170 rue Saint Martin

Bistrot du Dôme

Que du bon poisson ! Très bon Gaspacho de langoustines, très beau bar servi avec une triste assiette d'épinard, très bonne tatin d'abricot acide servie avec une glace au lait d'amande très sucrée pour adoucir l'acidité... 200 frf sans le vin. Toutes les bouteilles à 99 frf. Année 1997. En 1998, beaux encornets à la plancha, sympathique salade de Haddock, Saint Pierre entier un peu fade servi avec une assiette d'épinards un peu fade, macaron au chocolat faible en chocolat, mais côté macaron, ça allait. Tel 01 48 04 88 44 - 2 rue de la Bastille

Le Hangar

Maison mère du restaurant le Parmentier. On y retrouve les mêmes plats et d'autres un peu plus sophistiqués (bœuf strogonof, ravioles de Romans dans une crème de courgette et non plus dans un bouillon), très bon clafoutis aux poires. Egalement la même mise en bouche (tapenades aux olives vertes et non plus noires). Dommage qu'il n'y ait pas de tuile au citron mais une tuile au praliné. Pas de carte. Revient à 10-15% plus cher que le Parmentier. Année 1998 - 220 frf Tel 01 42 74 55 44 - 12 impasse Berthaud

Batifol (République)

La décoration de style bistro avec grand bar en bois sombre patiné est plutôt agréable. Dommage que la nourriture correcte que l'on servait au début n'ait depuis complètement sombrée (cuisine sous vide). Une serveuse naive est surprise de constater qu'on laisse les ¾ d'un plat dans son assiette et a la mauvaise idée de s'en inquiéter. Nous lui faisons remarquer que les plats sont infects. Elle nous promet d'en aviser le chef ( mais y a t il un chef dans ce restaurant ?). Incompréhensible ersatz de nougat glacé servi dans un verre à pied ! éclair géant surgelé berk ! . Si vous tenez absolument à y aller, limitez-vous au steak tartare et aux tartines à la moelle. Année 1992 - 180 frf Fermeture définitive

Les Caves Saint Gilles

Restaurant espagnol bondé le soir. Ambiance chaude, bruyante et serrée... belles assiettes de poissons et fruits de mer, crème catalane trop liquide. Année 1999 - 130 frf Tel 01 48 87 22 62 - 4 rue Saint Gilles

Les Bourgeoises

Gentille adresse de la rue des francs bourgeois. Bonnes ravioles de romans. Tables joliment nappées (nappes de couleurs et tissus différents) Année 1988 - 180 frf Tel 01 42 72 48 30 - 12 rue des Francs Bourgeois

L'Imprimerie

Joli bistro neuf patiné à l'ancienne ou l'on vous sert des plats bistro que l'on retrouve partout... Année 1992 - 240 frf Tel 01 42 77 93 80 - 101 rue Vieille du temple

La Mousson

Restaurant branché de la Bastille du début des années 90, n'aura tenu que le temps d'une mousson. Depuis les enseignes se succèdent sans succès Année 1987 - 240 frf Fermeture définitive

Chez Robert et Louise

Vieux bistrot très sale dans quartier très propre du Marais. Les tables n'ont pas du voir la caresse d'un torchon depuis une éternité. Des chiens pouilleux guettent les restes de repas d'un client généreux, toilettes (je passe sur leur état…) au fond de la cour comme on n'en fait plus. Malgré tout, une très bonne et belle assiette de cèpes facturée au prix fort, bonnes viandes grillées dans la cheminée. Tel 01 42 78 55 89 - 64 rue Vieille du Temple


L'Ambassade d'Auvergne

Décor immuable, province années 60, encore un effort et ca deviendra kitsch.. Cuisine immuable, Auvergne éternelle, portions généreuses, produits bons ( saucisse, boudin, aligot..), mais sans plus. Sympathique carte de vins d'Auvergne bien choisis et à prix doux. Service aimable et rapide. Année 2000 - 230 frf Tel 01 42 72 31 22 - 22 rue du Grenier Saint Lazare

Le Picada

Spécialités sud-américaines. Une demi-douzaine de tables à l'écart de la bruyante place de la République. Carte courte mais appétissante : flan au lait de brebis et champignons, bonne morue aux petits légumes confits, crème caramel à la confiture de lait. Jolie bouteille de vin qui pourrait terminer en lampe de chevet. Année 2004 - 29 eur Tel 01 44 59 67 56 - 15 boulevard du Temple

Royal Couscous

Le nom de l'établissement n'est pas très original, la carte non plus. La semoule du couscous est trop fine, les légumes et bouillons insipides, les merguez et les brochettes sont goûteuses. L'addition reste raisonnable. Année 2006 - 25 eur Tel 01 42 72 27 94 - 35 boulevard du Temple

Daniel Tuboeuf

Passé sous pavillon l'Alisier. Année 1987 - 220 frf Fermeture définitive

Mille Feuilles

Restaurant Librairie devenu fleuriste. Année 1987 - 170 frf Fermeture définitive


L'Alisier

Tenu par des jumeaux, élégante maison dans une ruelle du Marais. Un Granité d'alisier est servi entre le poisson et la viande. Année 1989 - 230 frf Fermeture définitive

Caffe Soprano

Succède avantageusement au Valet de Carreau. Le patron, sicilien, met en valeur de très bons et classiques produits italiens : anti pasti d'artichauts et champignons grillés à la mozarella, loup grillé, copieux steak de thon, risotto aux truffes. Petit bémol pour les desserts : glaces industrielles, pannacotta faible en goût. Année 2005 - 50 eur Tel 01 42 72 72 60 - 2 rue Du Petit Thouars

La Botte d'Italie

Tous les restaurants du quartier étaient pleins. Celui là était à moitié vide et on comprend pourquoi ! Le décor de vitres fumées et de banquettes en moleskine marron est à déprimer. Quant à la nourriture, n'en parlons pas! Les aubergines grillées sont recouvertes d'une semelle de fromage. La pizza au Parme arrive froide, la bouse de crème fraîche qui la décore n'arrive pas à fondre. Et le café, pourtant réussi dans la plupart des restaurants italiens, a autant de goût que du café américain. Année 2000 - 180 frf Tel 01 42 77 77 12 - 55 boulevard Saint Martin

Chez Jenny

Un des temples de la brasserie alsacienne. Ici, la quiche n'est pas lorraine mais alsacienne, elle est compacte et pauvre en lardons. La choucroute de poissons est sans lotte, et le strüdel aux questches n'a d'alsacien que le nom ! Vins d'Alsace servis dans les sempiternels verres à pied vert. Année 2001 - 250 frf. Retour 15 années plus tard... la carte n'a pas vraiment changé : il n'y a toujours pas de lotte dans la choucroute de la mer, mais du bar... Le tartare de crabe était il à la carte il y a 15 ans ? Le saumon fumé au raifort, oui certainement, la brioche perdue aux mirabelles, peut être ?... Année 2017 - 61 euros Tel 01 44 54 39 00 - 39 boulevard du Temple


Chez Clément (Bastille)

Voir 11ème ardt


Au Bascou

Joli bistrot où l'on vous sert des spécialités basques, je soupçonne le chef être ancien rugbyman... Année 1994 - 260 frf
6 années plus tard, le dîner m'a laissé plus de souvenirs. C'était très bon ! La carte mêle originalité et plats classiques. Rillettes de thon aux tomates confites, terrine de canard à la confiture d'oignons, boeuf braisé accompagné d'une purée de maïs (très savoureux mais peut être trop fondant sur fondant) sauté de lapin aux lentilles relevé par des rondelles de chorizo, demi-pigeon déglacé au xérès, pain perdu aux poires caramélisées, tourtière aux pommes et aux pruneaux. La déco n'a pas changé et la verrière, très abimée, aurait besoin d'être changée. Année 2000 - 250 frf Tel 01 42 72 69 25 - 38 rue Réaumur